(Quelques) Outils de post production en photographie

  • En introduction, les préliminaires :

La prise de vues est une phase importante, primordiale, sinon pas de fichiers (!).

Mais hélas beaucoup de photographes débutants et même ceux avancés dans leur pratique, ne maitrisent pas ou ne voient pas l’intérêt de traiter ses fichiers, oui pourquoi développer ou post produire, que veulent dire ces mots ?

Tout le monde a entendu parler des logiciels de « retouche », et beaucoup utilisent des « pseudo » logiciels souvent gratuits : Picasa, Photo Filtre etc… Certains, y compris quelques professionnels, commettent l’aberration (j’assume) d’oser dire ou écrire :  » retoucher mes photos ? Moi jamais ! « 

 

  • Post production, développement de ses fichiers :

– la post production est indispensable pour :

  • recadrer, redimensionner ses photos selon le support de diffusion : impression, internet…
  • compenser la faiblesse, les lacunes de l’appareil photo par rapport à la qualité extraordinaire de perception et de restitution des tonalités, des contrastes, des couleurs de l’œil et du cerveau humain : contraste, tons foncés, tons clairs, colorimétrie… et choisir grâce à la couleur une conversion en un noir et blanc sublime…
  • et donc obtenir un résultat plus conforme aux standards et aux attentes du photographe surtout, après tout si le photographe veut son paysage avec une dominante bleu (dominante froide) alors que le fichier est orange (dominante chaude) c’est bien son droit le plus strict !

 

Ensuite le mot « Retouche » présente à mon sens une connotation « négative », ce mot  qui va effectivement plus loin dans la manipulation du fichier de l’image originelle (même si lors de mon CAP de Photographe il y a quelques dizaines d’années, j’avais choisi l’option Retouche, à l’époque avec différents crayons sur un tirage papier…).

La retouche douce et harmonieuse consiste pour moi à atténuer/enlever des défauts de peau sur un portrait, enlever une tache dans le ciel (par exemple un oiseau flou ou une tache sur le capteur), un bout de fil par ci, une retouche discrète et donc parfaitement acceptée dans les concours notamment (sinon prendre la catégorie Retouche, voir ci-après !).

Et il y a donc la retouche « dure », celle où il y a 3 personnages et on enlève celui du milieu, celle où on pousse les curseurs d’un logiciel jusqu’à rendre irréelles les couleurs (mais encore une fois chacun est libre, c’est le public qui juge et apprécie), celle où à la place des yeux verts on les transforme en yeux bleu etc…

 

  • Voici donc ma sélection de logiciels, pour beaucoup cités dans mes lettres d’infos :   (tous pour Windows ou Apple et tous en général avec une période d’évaluation gratuite)

 

1) Pour voir et trier ses photos, une visionneuse (permettant notamment d’afficher les Raw):

 

DPP pour Digital Photo Professionnel chez Canon (gratuit)

View NX-i chez Nikon (gratuit)

– un pour tous (et tous pour un…) : XnView de Pierre-Emmanuel Gougelet (France, hourra), gratuit pour particuliers

– et visionneuses aussi chez Sony, Pentax, Panasonic etc… Liste non exhaustive bien sûr.

 

 

2) Pour développer, post produire et donc retoucher si besoin… :

 

Photo Director 11  qui peut se combiner avec un logiciel vidéo avec PowerDirector18  donc l’offre combi : Photo et Vidéo, un bon plan pour le développement, la post production de vos photos, plus accessible aux débutants.

et si vous voulez toute la suite, c’est à dire tous les logiciels, y compris des logiciels que vous n’utiliserez pas ou peu souvent, cest ici, pour 140€ : Média Suite
 et une pléthore de logiciels et applications gratuites, si si !  Appli Zone

 – Affinity : bluffant, avec, entre autres, le mode colorimétrique CMJN pour celles et ceux qui voudraient transmettre des fichiers à un imprimeur pour des cartes de visite ou des cartes postales envoyées chez un imprimeur,                                                                                        la très longue liste des fonctionnalités https://affinity.serif.com/fr/photo/full-feature-list/  

un tutoriel pour sa prise en mains et en « écran » :    oitregor
(attention le book en vente sur sur le site de Affinity est disponible uniquement en Anglais ou en Allemend à ce jour : Book , bien que la présentation sur le site soit en Français ?!)

 

Adobe, celui qui était incontournable avant l’arrivée de Affinity cité au dessus, on trouve toujours la version grand public de Photoshop Elements 2020 à 99€ quand même et le couplage avec Première la version pour la vidéo à 150€ttc (tarifs 2020 hors promotion et tarifs étudiants, enseignants…) : PSE 2020 et Première Elements 2020

– Pour Lightroom, toujours possible mais difficile d’acheter la version physique, sinon il faut en passer par le Cloud, c’est à dire la location pour une durée indéfinie du couple Lightroom CC et Photoshop CC (Créative Cloud, à prononcer avec l’accent svp) à 12€/mois…

Lightroom demeure un logiciel très pertinent pour le catalogage et le traitement efficace en première post production efficace, son système de collections, de copies virtuelles etc… en fait le chouchou de beaucoup de photographes dans leur flux de production.

(Formation à son utilisation, tutoriels et bouquins restent indispensables : un livre de Scott Kelby par exemple (édition 2016).

Conditions préférentielles chez Adobe pour le corps enseignant : professeurs, maitres d’écoles, lycéens, étudiants…

 

– Darktable : un logiciel OpenSource, pour les infos les ressources et le manuel : https://www.darktable.org/

Pour télécharger la version windows :
https://github.com/darktable-org/darktable/releases/download/release-2.4.1/darktable-2.4.1-win64.exe

Existe aussi pour Mac, Linux, etc…

Notes : avantages : c’est un open source donc « libre », le logiciel semble en français, une communauté francophone très dynamique, un ensemble d’outils « énormes » et une ribambelle de tutoriels. Petit inconvénient : aucun ! sauf le temps de le prendre en mains…
Très intéressant à essayer d’autant que c’est sans risque et c’est une bonne façon pour (re) découvrir le format Raw…

Et d’autres :

– GIMP : autre logiciel Open Source, une expérience certaine due à l’âge, mais la prise en mains est à mon sens laborieuse avec peu d’intuitivité, mais mais mais, il y a de la ressource en supports didacticiels !

DXO : enfin ! Oui bien que je n’en perçoive pas « l’indispensabilité » par rapport à Affinity ou Lightroom, ce dernier permettant de corriger les aberrations les plus flagrantes comme la distorsion, il reste utilisé par les aficionados de la technique pure (et dure ?), pourquoi pas, car il y en a qui ne jure que par DXO, chacun.e son programme !

– PHOTOMATIX : le spécialise de la fusion HDR, le top du top pour el HDR, à tester, c’est particulièrement intéressant…

AUTOPANO  (arrété en 2018 par le repreneur gopro, pas de lien, à chercher sur le net si il est toujours possible de télécharger une ancienne version) : ce logiciel, spécialisé dans l’assemblage de photos destiné au format panoramique et les visites virtuelles, a été créé et développé par des Français, il a été revendu il y a quelques années à Go Pro*.

Il en a perdu son âme, d’autant que le photographe Auvergnat Arnaud Frich avait contribué largement au succès de cette technique et du logiciel.

*En mai 2015, GoPro rachète la société française Kolor qui créée des vidéos et autres logiciels pour vidéos à 360°.

  • Autres sources  :

– Un article récent à la date de cet article : Nikon Passion

– autre article sur Clubic.com, où l’on cause des logiciels libres (licence GPL3)  pertinents avec les liens, pensez en bas du site Clubic à aller à : « page suivante » :

Polarr Photo Editor 3, RawTherapee (en Français), Photivo (très étonnant Photivo, mais uniquement en anglais !) et Pixlr.

–  et encore sur Codeur.com, article du 15 mars 2017: les 10 meilleurs logiciels open source

 

Liste non exhaustive bien sûr.

Et vous, quelle(s) solution(s) utilisez vous ?

Communiquez vos remarques, vos solutions, vos questions en utilisant la partie commentaires ci-dessous, c’est l’essence même d’un blog !

Article du 10 février 2019, mis à jour le 2 août 2020